NOTICE

Retour au sommaire des oeuvres   Retour à l'accueil

La présentation des oeuvres de Claude Terrasse est plus développée pour les trois premières sections - Opéra-bouffe, Opéra-comique et Opérettes - que pour les sections suivantes. Dans les premières, l'ensemble des représentations connues de chaque ouvrage sont listées. Ce dépouillement, incomplet pour Paris et très lacunaire pour la province et l'étranger, est appelé à être enrichi. Lorsque le livret est disponible, un résumé de l'action complète la présentation. Pour les pièces ayant eu le plus de succès, une sélection de ce qu'il est convenu d'appeler les « Belles pages » est présentée, établie d'après la publication d'airs séparés et l'étude de la presse de l'époque. Certaines particularités musicales des partitions sont parfois brièvement indiquées. Les diverses sources de l'oeuvre terminent chaque description. Elles contiennent, lorsqu'il y a lieu, les partitions manuscrites, les différentes versions imprimées, certaines éditions séparées, certains matériels d'orchestre, les livrets manuscrits, tapuscrits, imprimés, dans des revues ou chez des éditeurs, les contrats signés entre auteurs et éditeur.

Pour les oeuvres lyriques, la dénomination exacte du genre original indiquée sur la partition est toujours mentionnée après le titre. Néanmoins, les oeuvres ont été regroupées suivant une classification différente de celle, très fluctuante, du début du siècle : le terme d'opéra-bouffe n'a été gardé que pour l'ouvre entièrement chantée et de caractère bouffe de Claude Terrasse, le terme d'opéra est donc à prendre dans un sens fort. Celui d'opéra-comique a été réservé à la seule oeuvre du compositeur créée à l'Opéra-Comique et qui adopte la forme de ce que l'on appelle en 1910 « l'ancien opéra-comique », alternant parlé et chanté dans la droite ligne de ceux de Philidor ou de La Basoche d'André Messager. Quelques particularités assez saillantes des ouvrages de ces deux sections par rapport à ceux de la troisième sont la taille de l'orchestre - la plupart des bois et des cuivres sont par trois ou quatre -, l'importance des pages purement orchestrales qui lui sont confiées et les importants moyens vocaux de la majorité des rôles, qui excluent le recours à des comédiens chantants. Tous les autres ouvrages lyriques ont été regroupés sous le terme générique d'opérette, dont le style se rapproche parfois de l'opéra-comique, jamais de l'opéra-bouffe, mais dont l'orchestre est plus léger - bois et cuivres souvent par un ou deux - et les moyens vocaux demandés aux chanteurs, quoique souvent conséquents, plus modestes que ceux évoqués ci-dessus.

Deux partitions ne sont peut-être pas à leur place, Les Deux Augures et Oreste. Afin de ne pas multiplier les catégories, nous les avons laissées dans la liste commune parce qu'elles n'auraient été mieux dans aucune autre et, comme elles sont restées manuscrites et jamais représentées, nous ne savons pas la forme définitive que le compositeur entendait leur donner.

TABLE DES SOURCES

Les sources les plus fréquentes sont abréviées dans les notices qui suivent et décrites ici.

Abbé Bethléem
Notices empruntées à l'ouvrage de BETHLÉEM, Louis, (et collaborateurs), Les Opéras, les Opéras-comiques et les Opérettes, Paris, Éd. de la Revue des lectures, 1926. Elles ne servent pas de résumé mais indiquent un point de vue très critique sur les opérettes présentées.

Agenda 1900 de Cl. Terrasse
Petit agenda à couverture de cuir, 80 x 125, tenu par le compositeur conjointement, et souvent, préparatoirement à son journal (décrit infra).

Archives municipales de Lyon
Documents conservés dans les liasses « Grand théâtre de Lyon » et « théâtre des Célestins ».

Articles de presse
Dénomination qui fait référence à des articles découpés le plus souvent, collés et rassemblés dans des cahiers ou attachés avec un papillon de L'Argus de la presse, et conservés dans les archives familiales du compositeur.

Barillet
Référence à BARILLET, Pierre, Les Seigneurs du rire, Paris, Fayard, 1999, 636 p.

Brindejont-Offenbach
Référence à l'article « Cinquante ans de l'opérette française », Cinquante ans de musique française, Paris, Rohozinski, 1925, p. 199-322. Année par année, l'auteur mentionne les dates de création des opérettes nouvelles et des reprises les plus importantes.

Bruyas
Référence à l'Histoire de l'opérette en France, Lyon, Emmanuel Vitte, 1974, 693 p. Chronologique, l'ouvrage de Florian Bruyas permet de se reporter aisément à une série particulière de représentations d'un spectacle.

Carré
CARRÉ, Albert, Souvenirs de théâtre, Plan de la Tour, Éd. d'aujourd'hui, Coll. « Les Introuvables », 1976, 427 p.

Journal 1900 de Cl. Terrasse
Cahier ligné cousu, toilé noir, 220 x 170, 299 p. pour l'année 1900. Journal manuscrit tenu avec régularité.

Journal 1901 de Cl. Terrasse
Suite du précédent. Rempli avec beaucoup moins de régularité qu'en 1900.

Musée de L'Arbresle
Le musée de la ville natale du compositeur possède un fonds documentaire consacré au musicien, comprenant entre autres des articles de presse consacrés à ses oeuvres.

Partition imprimée
En tête des partitions chant et piano, une notice indique fréquemment la date et le lieu de la création de l'oeuvre, et parfois quelques reprises.

Programme imprimé
Les archives familiales du compositeur contiennent des programmes, donnant de précieuses indications sur des représentations privées ou n'ayant pas toujours donné lieu à des compte-rendus dans les journaux.

SACD
Bulletins très importants et très fiables, conservés malheureusement de façon fragmentaire. Seuls restent, dans les archives familiales, ceux couvrant les périodes de novembre 1910 à avril 1911, et d'août à novembre 1911.

Soubies
Référence à l'Almanach des spectacles, dont les volumes annuels ont été systématiquement dépouillés pour la période allant de 1896 à 1913 (fin de la parution).

Wolff
Référence à WOLFF, Stéphane, Un demi-siècle d'Opéra-Comique (1900-1950), s. l., Éd. André Bonne, 1953, 338 p.

Le matériel d'orchestre est toujours manuscrit, mais jamais autographe.
Les partitions manuscrites autographes répertoriées et les contrats ont toujours été consultés dans les archives familiales du compositeur.