LA CLEF DU PARADIS
Opérette en 3 actes

Dont le titre de travail était

LA LOI DES DIEUX

 
Retour au sommaire des oeuvres   Retour à l'accueil

 

Livret de Paul BÉREL et André LEROY

RÉSUMÉ

Dans une Antiquité de fantaisie où les Dieux n'ouvrent l'Olympe qu'aux hommes assurant une descendance d'au-moins deux générations, vit Polutropos, doyen des guerriers, sans enfant. Il marie son neveu et fils adoptif, le falot Camille, à la belle Porcia, malgré les pleurs du sculpteur Pollux, son amoureux d'enfance.

Hélas, le couple demeure sans enfant, en raison de la froideur de l'époux. Soucieux d'obtenir La Clef du Paradis, Polutropos sollicite l'avis de trois augures, plus au fait des faiblesses humaines que des volontés divines, qui ordonnent à Porcia de demeurer seule durant quinze jours à faire des oraisons dans sa maison. toute proche de celle de Pollux !

Il y a du Phi-Phi dans cette opérette avec son sculpteur et son défilé de modèles propice à une mise en scène racoleuse. Il y a cet esprit d'après-guerre avec ses nouveaux riches devenus plus importants que les guerriers. Hélas, les dialogues, quoique fluides, sont fades et sans drôlerie. Quant aux vers, ils montrent un librettiste ignorant des nécessités musicales, parfois même de la plus élémentaire rectitude syntaxique. À la lumière des nombreuses corrections manuscrites de Claude Terrasse, hasardons-nous à paraphraser Paul Dukas rendant compte du Samson et Dalila de Saint-Saëns en écrivant que les meilleurs vers sont peut-être du compositeur lui-même.

SOURCES

- Partition manuscrite autographe piano et chant des numéros 1 à 8, 10, 11, 13 à 23.
- Partition manuscrite autographe d'orchestre des numéros 12 à 23.
- Épreuves corrigées par Claude Terrasse des pages 81 à 128 de la partition piano et chant.
- Livret tapuscrit annoté par Claude Terrasse, avec des lettres d'André Leroy apportant d'importantes corrections, voire des remplacements complets d'airs, 42-49-38 p. [pagination par acte]