Paris qui chante, 4 décembre 1904

MONSIEUR DE LA PALISSE
Opéra-bouffe en 3 actes

Paris qui chante, 4 décembre 1904
Ève Lavallière & Brasseur (Couverture de Paris qui chante du 4 décembre 1904)
Retour au sommaire des oeuvres   Retour à l'accueil

 

Livret de Robert de Flers et Gaston Arman de Caillavet

Représenté pour la première fois à Paris, sur le théâtre des Variétés le 2 novembre 1904. (S. : partition imprimée) (43 représentations) (S. : Soubies)
Représenté (1) en Allemagne à Munich le 21 avril 1906 au Gärtnerplatztheater sous le titre : Der Kongress von Sevilla.
Repris à Lausanne en novembre 1911. (5 représentations) (S. : SACD)
Représenté en Allemagne à Berlin en 1912 (2).
Repris à Paris au théâtre Apollo le 24 janvier 1913. (39 représentations) (S. : Soubies) Reprise dans le même théâtre à partir du 19 avril 1913. (S. : Bruyas)
Représenté en 1919 et 1922 à Toulouse au théâtre des Variétés. (S. : article de presse)
Repris à Paris au Trianon-Lyrique en 1924 (3).
Représenté à Lyon au théâtre des Célestins du 15 au 21 mars 1927. (8 représentations) (S.  : Archives municipales de Lyon)
Repris à Paris à la Gaîté-Lyrique le 7 octobre 1930. (S. : Bruyas)
Diffusé par Radio Monte-Carlo le 15 octobre 1949. (S. : Musée de L'Arbresle)
Enregistré par la Radio-Diffusion française le 23 mai 1959 et diffusé le lendemain sur France III.
Version filmée et diffusée par la télévision sur la première chaîne le 23 septembre 1967.

RÉSUMÉ

« C'est le petit-fils de l'ancêtre populaire qui nous est ici présenté sous les traits du baron Placide ; il professe que les femmes ne servent qu'à compliquer l'existence. Aussi assurera-t-il sa tranquillité en épousant la veuve Héloïse de la Verdure, laide et de tout repos.

Or, voici qu'à la veille du mariage survient son frivole cousin, le comte Bertrand, accompagné de Dorette, sa maîtresse, et chargé d'une grave mission au congrès de Séville. Mais une entorse a cloué celui-ci au logis. Pour sauver l'honneur du nom, le baron remplacera le comte [.], d'autant qu'Héloïse [.] a révélé une incandescence troublante. Il part avec Dorette.

À Séville, alors que Dorette flirte avec le gouverneur Diégo, il s'enflamme pour Inésita, la nièce délurée du magistrat [.] L'inclination de La Palisse pour Inésita a bouleversé ses théories platoniques (4) », et, après le succès de la mission diplomatique, l'action se dénoue après mille péripéties dans une auberge sur la frontière franco-espagnole où tous les personnages se retrouvent.

AIRS CÉLÈBRES

2.  Chanson de la Verdrillon

5.  Chanson de Monsieur de La Palisse

8.  La Valise diplomatique

9.  Couplets d'Inésita, « Avant-hier, près d'la Plaza »

10.  Chanson des châteaux en Espagne [Valse]

12.  Duo du tambour

SOURCES

- Partition imprimée piano et chant, Paris, SNEM, 1904, VIII -222 p.
- Partition imprimée piano et chant, Paris, SNEM, s.d. [c. 1913], VIII -254 p. [partition augmentée de deux airs (n° 11 & n° 18)]
- Valse des Châteaux en Espagne sur les motifs de « Monsieur de La Palisse », opéra-bouffe de Claude Terrasse, fantaisie pour orch., par A. Bosc, Paris, SNEM, 1909.
- Livret tapuscrit, 68 p.
- Contrat de cession de l'oeuvre signé le 10 juin 1904.
- Second contrat de cession de l'oeuvre signé le 15 septembre 1904.

(1) « Vielgespielt », nombreuses représentations d'après GRÜN, Bernard, Kulturgeschichte der Operette, Munich, 1967, p. 181. Plusieurs articles de presse munichoise dispersés dans la correspondance du musicien attestent le succès de la pièce.
(2) D'après KLOTZ, Volker, « Monsieur de La Palisse », Pipers Enzyklopädie des Musiktheaters, München, Zürich, Piper, 1997, Vol. 6, p. 273.
(3) Ibid.
(4) TENROC, Ch., « Premières représentations », Le Petit Parisien, 10 octobre 1930. [Article découpé du dossier de presse personnel de Claude Terrasse - complété par ses héritiers]