LÉDA
Opérette-bouffe en 1 acte

 
Retour au sommaire des oeuvres   Retour à l'accueil

 

Livret d'Alfred JARRY et Karl ROSENVAL (Berthe DANVILLE)

RÉSUMÉ

Cette Léda prend avec la mythologie la liberté coutumière à l'opérette, fourmille d'anachronismes et tient sur les Dieux antiques des propos peu bienveillants, en particulier sur Zeus - orthographié Dzeus -, qui aurait séduit Léda sous l'apparence d'un cygne.

Jeune épouse de Tyndare, Léda s'ennuie auprès d'un roi vieux. Elle implore les Dieux de lui venir en aide. Dzeus apparaît, Léda espère, mais les plaisirs charnels qu'elle attend ne viendront pas, et c'est une pastille, offerte dans une bonbonnière en forme de cygne, qui permet l'immaculée conception des Dioscures. La morale est finalement sauve et Léda, déçue par les Dieux, retourne dans les bras de son époux légitime. Bernard Le Doze note que, dans « les limites inévitables qu'impose le genre léger, [Alfred Jarry aborde néanmoins] les grands thèmes (l'Amour, la virginité, l'Absolu, la Mort), dont se nourrissent [par ailleurs ses romans] L'Amour absolu, Le Surmâle et Messaline.  »

SOURCES

- La partition est perdue.
- Livret imprimé dans JARRY, Alfred, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1987, Tome  II , p. 51-72.