Acte II, le Duel, Théâtre des Mathurins, 1900

LA PETITE FEMME DE LOTH
Opéra bouffe en 2 actes

Dessin de Bouet dédicacé à Claude Terrasse
Retour au sommaire des oeuvres   Retour à l'accueil

 

Livret de Tristan Bernard

Représenté pour la première fois à Paris au théâtre des Mathurins, le 1er  octobre 1900. (S. : partition imprimée)
Repris au même endroit à partir de décembre 1900, jusqu'au 12 janvier 1901, puis vers Pâques de la même année. (S. : Journal 1900 & Journal 1901 de Cl. Terrasse)
1er  acte avec orchestre exécuté pour la première fois sur la scène de l'Opéra-Comique sous la direction du compositeur durant le premier semestre 1901. (S. : Journal 1901 de Cl. Terrasse), 1 représentation.
Repris à Paris au théâtre des Folies-Marigny le 21 février 1913. (S. : SACD), 1 représentation.
Repris à Paris au théâtre de l'Athénée à partir du 14 septembre 1918. (S. : Bruyas)
Repris à Paris au Théâtre La Bruyère (Salle du Théâtre Montparnasse) à partir du 28 mai 1952. (S. : Arts, 29 mai - 4 juin 1952)
Par une lettre (1) non datée [1923-1947] de Tristan Bernard à Pierre [Bonnard ?], on connaît un projet de reprise de l'ouvre étendue à trois actes pour le théâtre des Bouffes-Parisiens (Direction Willemetz). La musique de cet acte supplémentaire aurait été demandée à Jacques Ibert. Il ne semble pas que ce projet ait abouti.

RÉSUMÉ

La Genèse  :

« La destruction de Sodome.

[.] Lorsque pointa l'aurore, les Anges insistèrent auprès de Loth, en disant : « Debout ! prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent là, de peur d'être emporté par le châtiment de la ville. [.] Ne regarde pas derrière toi [.] pour n'être pas emporté ! " [.] Or, la femme de Loth regarda en arrière, et elle devint une colonne de sel (2). 

« Tristan Bernard voit les choses autrement. Le vieux patriarche Loth a une jeune et jolie femme, Dagar, ardente et insatisfaite. Deux jeunes gens, Schem et Melech, essaient de la séduire. Dagar, puis Melech, ont l'idée de se déguiser en messagers célestes pour intimer à Loth et à sa famille l'ordre de quitter la ville sans tourner la tête. Loth obéit scrupuleusement. Dagar et Melech se retournent et sont pétrifiés en glace. Mais ils se dégèlent bientôt et disparaissent dans un bosquet propice aux amours. Schem, qui arrive sur ces entrefaites, trouve les amoureux en galante posture et se consolera avec une des filles de Loth (3). »

Tristan Bernard a écrit : « On nous reprochera peut-être d'avoir considéré la destruction de Sodome et Gomorrhe comme un fait non avenu. Mais quelle autorité nous obligeait à respecter cette légende, qui n'a vraiment pour s'étayer que des preuves bien faibles ?

La seule assertion en effet que l'on puisse invoquer pour attester cette fameuse catastrophe n'est-elle pas due à des individus qui fuyaient Gomorrhe, et à qui il avait été défendu de regarder en arrière ? (4)  »

AIRS CÉLÈBRES

1.  Chant de bienvenue, « Que notre porte hospitalière »

8.  Couplets du Déluge, « Va, nous sommes tranquilles, va »

9.  Les Parfums de Gomorrhe, « Tous les parfums de l'Arabie »

11.  Finale du 1er  Acte, « Voici les chameaux, les chameaux bossus »

17.  Scène de la pétrification, « La voilà qui se change en statue »

SOURCES

- Partition manuscrite autographe piano et chant d'un duo inédit Dagar-Schem : « Quand il est pris de passion », 2 p.
- Partition manuscrite autographe piano et chant d'un choeur inédit : « Le tuyau qu'on nous communique »
- Partition d'orchestre manuscrite autographe d'un air inédit de Schem : « Auguste ! Auguste ! Auguste vieillard », 11 p.
- Partition imprimée piano et chant, Paris, SNEM, 1901, 142 p.
- Matériel d'orchestre (quatorze parties séparées)
- Ouverture, Paris, Dupont, 1901 (quinze parties séparées)
- Livret imprimé, Paris, SNEM, copyright 1901, 83 p.
- Contrat de cession de l'oeuvre signé le 4 avril 1901.


(1) Musée de L'Arbresle - Fonds Claude Terrasse.
(2) « La Genèse, Ch 19 - 1 à 26 », La Bible de Jérusalem, Paris, Desclée de Brouwer, 1975, p. 39-40.
(3) BOURGOIN, Alain, « La Petite Femme de Loth », BROUTIER, Daniel, BOURGOIN, Alain, OLIVIER, Yvonne, Claude Terrasse, s. l., Comité Claude Terrasse, 1986, p. 12.
(4) BERNARD, Tristan, « Préface », La Petite Femme de Loth, Paris, SNEM, Copyright 1901, p. 6.