UN MARI SANS SA FEMME
Opérette-miniature en 1 acte

Dont le titre de travail fut
C'EST LA FAUTE DE L'ENTRESOL

Retour au sommaire des oeuvres Retour à l'accueil

 

Livret d'Édouard Adenis

Représentée pour la première fois à Paris au théâtre de l'Alhambra le 1er  novembre 1920 (S. : partition manuscrite) (32 représentations) (S. : récapitulatif du compositeur)

RÉSUMÉ

Époux fidèle de Paulette, partie quelques jours, Gaëtan s'ennuie. Il décide de se rendre au bal des dadas. Après son départ, Lencornet, notaire monté à Paris pour se divertir, entre chez lui, se croyant dans la garçonnière prêtée par un ami, et se couche. Paulette rentre alors inopinément et découvre le notaire dans son lit. Une explication s'ensuit : le premier étage est au deuxième, le deuxième au troisième. C'est la faute de l'entresol ! De retour du bal, Gaëtan ne sait comment se défaire d'un domino rose qui l'attend dans le taxi et qu'il ne veut pas rejoindre. Furieuse que son mari soit allé au bal, Paulette se fait passer pour le domino, ce qui lui donne l'occasion d'éprouver victorieusement sa fidélité. Toujours dupe, Gaëtan découvre alors Lencornet, le chasse à l'étage supérieur, se couche et s'endort. Sa femme le réveille peu après et, pour se venger, lui fait croire qu'elle l'a rejoint auparavant dans le noir, à l'heure où Lencornet s'y trouvait. Ayant laissé ses clefs dans son habit, le notaire reparaît justement pendant que Gaëtan enrage de cette méprise. Tout s'apaise finalement par des aveux réciproques et c'est le notaire qui rejoint le domino dans le taxi.


SOURCES

- Partition manuscrite autographe piano et chant, 41 p.
- Partition manuscrite autographe d'orchestre, 99 p.
- Matériel d'orchestre (quatorze parties séparées)
- Livret tapuscrit, 35 p.