LA MARQUISE ET LE MARMITON
Conte galant en 3 actes

Représenté sous le titre
L'INGÉNU LIBERTIN

Jane Alba dans le rôle de Faublas, couverture du Théâtre

Claude Terrasse et Louis Artus (librettiste de L'Ingénu libertin) par Brod.
Retour au sommaire des oeuvres Retour à l'accueil

 

Livret de Louis Artus

Représenté pour la première fois à Paris sur le théâtre des Bouffes-Parisiens le 11 décembre 1907. (S. : partition imprimée) (65 représentations) (S. : Soubies)

RÉSUMÉ

« Rien n'est plus allégrement et plus finement dix-huitième siècle que ces trois actes qui ressemblent à un album d'estampes dont quelques-unes ne laissent point d'être un peu osées (1). »

« Le comte de Rosambert qui courtise la marquise de Bay imagine de la rendre jalouse. Pendant le carnaval, il fait habiller en femme son cousin Faublas et l'emmène aux " Jardins d'Armide ". Piquée, la marquise fait aimable visage à sa rivale et l'invite même à souper (2). »

« Or, Faublas aime, de son côté, une amie d'enfance, Sophie de Pontis, qui [.] n'est guère rassurée de voir Faublas se laisser inviter par le marquis et la marquise de Bay. [.] La marquise [.] finit par comprendre que Faublas n'est pas une jeune fille. Mais comme le mystère découvert causerait du scandale, comme Faublas est on ne peut plus gentil en son ingénuité chercheuse, la marquise [.] se laisse tomber dans les bras de l'aimable éphèbe (3). »

« Et comme le marquis son époux, barbon bénévole, déclare qu'il est trop tard pour reconduire en son logis [Faublas travesti], il décide que la jeune personne passera la nuit dans la chambre de sa femme - et elle l'y passe, en effet. Mais le guet intervient pour arrêter Faublas, dont on a appris la supercherie. Le chevalier, pourtant, échappera au danger, grâce au tendre dévouement de sa douce petite fiancée [qui] s'est elle-même déguisée en marmiton pour s'introduire chez Madame de Bay. [.]

Tout se terminera le mieux du monde et, forcé d'opter entre le caprice et l'amour, entre la marquise et Sophie, Faublas - sur le fin et joli conseil de sa maîtresse - mettra sa petite main dans celle aussi petite de Sophie de Ponlis (4). »

AIRS CÉLÈBRES

4.  Couplets du frère de lait

8.  Duo et Valse des questions amoureuses

9.  Finale et Couplets du Marmiton

12.  Duo des berbis et des viaux

17.  Couplets de la petite maman

19.  Romance de Sophie

25.  Trio. Scène du Colin-Maillard

SOURCES

- Partition imprimée piano et chant, Paris, SEM, 1907, XII -209 p.
- L'Ingénue, valse arr. et orch. par A. Bosc sur des motifs de La Marquise et le Marmiton ou l'Ingénu libertin de Claude Terrasse, Paris, SEM, 1908.
- Livret imprimé, Paris, Librairie théâtrale, 1908, 166 p.
- Contrat global de cession de trois ouvrages lyriques signé le 19 juillet 1907.


(1) ARÈNE, Emmanuel, « Les Théâtres », Le Figaro, 12 décembre 1907, p. 3.
(2) FLERS, Robert de, « Les Premières », La Liberté, 1907 [date inconnue : article découpé du dossier de presse personnel de Claude Terrasse].
(3) SCHNEIDER, Louis, « Les Premières », [Le Radical ?], [date inconnue : article découpé du dossier de presse personnel de Claude Terrasse].
(4) FLERS, Robert de, « Les Premières », La Liberté, 1907 [date inconnue : article découpé du dossier de presse personnel de Claude Terrasse].